L’engagement de l’Université du Québec à Chicoutimi à l’égard du Plan d’action sur l’équité, la diversité et l’inclusion du programme des Chaires de recherche du Canada

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) accorde une haute importance aux principes d’équité, de diversité et d’inclusion (ÉDI) qui permettent d’offrir un milieu universitaire où il est mobilisant d’y évoluer, d’y étudier et d’y travailler. Nous aspirons à une université toujours plus inclusive, qui reconnaît la contribution de tous ses membres et de ses partenaires dans la poursuite de sa mission.

L’UQAC reconnait également l’apport de la diversité pour accroître l’excellence de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement. L’objectif de l’UQAC est de maintenir une représentation équitable des groupes désignés au sein de son personnel et d’adapter en conséquence ses politiques et pratiques en matière de sélection de candidatures pour une Chaire de recherche du Canada.

En misant sur des pratiques et des procédures systémiques pour s’assurer du respect de l’équité, la diversité et l’inclusion dans la prise de décision et l’attribution des fonds reçus dans le cadre du de différents programmes, elle permet à tout un chacun de développer leur plein potentiel, tout en contribuant à la communauté universitaire et à la société.

Définition de concepts

L’équité désigne l’élimination des préjugés et des obstacles systémiques afin que toutes les personnes jouissent du même accès et en tirent les mêmes avantages aux possibilités offertes par l’UQAC.

La diversité se caractérise par les différences fondées sur la race, la couleur, le lieu d’origine, la religion, le statut d’immigrant ou de nouvel arrivant, l’origine ethnique, les capacités, le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’expression du genre et l’âge.

L’inclusion désigne la pratique consistant à s’assurer que toutes les personnes sont valorisées et respectées pour leurs contributions et bénéficient d’un appui égal.

Afin d’accroître davantage son engagement en matière d’ÉDI, l’UQAC a identifié 5 grandes barrières systémiques suite à une collecte de données auprès de la communauté universitaire. Ces barrières sont présentées dans le tableau accessible ICI.

Par la suite, une stratégie schématisée afin que la communauté universitaire s’approprie le plan d’action institutionnel a été élaborée. Elle peut être consultée en cliquant sur ce lien.

Programme des Chaires de recherche du Canada

L’Université du Québec à Chicoutimi respecte les principes de l’équité, de la diversité et de l’inclusion (ÉDI) dans l’administration du Programme des chaires de recherche du Canada et dans les activités de recherche menées sous sa responsabilité.

Addenda 2019, statistiques et exigences relatives au recrutement et à la mise en candidature de titulaires de chaire de recherche du Canada

En 2006, une entente de règlement canadienne en matière de droits de la personne a été conclue entre le Programme des chaires de recherche du Canada et huit membres du corps professoral qui avaient déposé une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne en 2003. En 2019, le Programme et les personnes en quête d’équité ont convenu de joindre un addenda à l’entente, qui définit les nouvelles dispositions de l’entente révisée.

Ces nouvelles dispositions, formulées conjointement par les parties, modifient l’entente initiale de manière à y intégrer les pratiques exemplaires. Elles s’appuient sur les mesures d’ÉDI du Programme déjà en place et permettront d’attirer et de garder un cadre diversifié de chercheurs de calibre international dans les établissements d’enseignement postsecondaires du Canada, et de renforcer l’excellence de la recherche et de la formation.

Nous vous invitons à prendre connaissance de l’Addenda 2019 à l’entente de règlement en matière de droits de la personne ratifiée en 2006.

En complément d’information à l’Addenda 2019,  vous  aurez accès aux statistiques du Programme en date de juin 2019.

En cliquant sur ce lien, vous trouverez les informations sur les exigences relatives au recrutement et à la mise en candidature de titulaires de chaire de recherche du Canada.

Gouvernance au niveau institutionnel

Le tableau accessible ici (tiré du plan d’action institutionnel) présente les différents acteurs responsables de l’approbation et de l’application du plan d’action institutionnel en fonction des objectifs stratégiques et spécifiques en matière d’ÉDI .

Gouvernance du Programme des Chaires de recherche du Canada

 L’UQAC et l’équité, la diversité et l’inclusion

Comme mentionné précédemment, l’UQAC porte une attention particulière à la question de l’équité, la diversité et l’inclusion dans l’administration du programme des Chaires de recherche du Canada. Cela lui permet de respecter dès maintenant les cibles édictées par le programme. On pourra le constater à partir du Plan d’établissement des cibles 2021-2029 de l’UQAC  en matière d’équité soumis au Programme des chaires de recherche du Canada.

L’UQAC reconnaît le caractère essentiel de l’apport des femmes, des autochtones, des personnes qui font partie des minorités visibles ou ethniques et des personnes handicapées (groupes désignés) dans le cadre de la poursuite de sa mission. Elle est consciente que ces groupes de personnes peuvent être désavantagés au cours des processus de recrutement, de sélection et de nomination pour les Chaires de recherche du Canada ainsi que pour toute autre activité au sein de son établissement. Bien que cet énoncé soit orienté de prime abord pour les Chaires de recherche du Canada, l’UQAC considère que les enjeux de l’EDI débordent largement de ce cadre et s’applique à l’ensemble de ses politiques institutionnelles à l’égard de l’embauche pour toutes les catégories d’emploi.

Conformément aux exigences du Plan d’action sur l’équité, la diversité et l’inclusion du programme des Chaires de recherche du Canada, l’Université du Québec à Chicoutimi a produit son propre  Plan d’action révisé 2019-2020.

L’attribution des CRC est la sous la responsabilité du vice-recteur à la recherche, à la création et à l’innovation (VRRCI). Ce dernier préside un comité ayant pour rôle de s’assurer de la prise en compte de l’ÉDI pour le processus de sélection et d’attribution des titulaires de chaires de recherche du Canada (CRC). Il consulte également le doyen de la recherche et de la création (DRC) ainsi que les directeurs des départements afin d’identifier les secteurs pour lesquels une attribution de CRC pourrait avoir un effet structurant. Tout dépôt d’un dossier aux CRC fait ultimement l’objet d’une résolution du Conseil d’administration de l’Université.

Le degré de soutien offert à un ou une titulaire de CRC est la prérogative du vice-recteur à la recherche, à la création et à l’innovation. Ce dernier consulte le doyen de la recherche et de la création (DRC) ainsi que les directeurs de départements afin d’identifier les mesures appropriées. Ces mesures sont intégrées à la résolution du Conseil d’administration de l’Université préalables au dépôt d’une candidature. Le plan d’action révisé fait état d’un soutien uniformisé pour tous les titulaires de CRC.

Pour consulter le fichier relatif aux CRC attribuées par le Secrétariat, cliquez ICI.

Le processus de mise en candidature et de décision

Les politiques et processus relatifs au recrutement de professeurs et professeurs de l’UQAC s’appliquent en intégralité pour les titulaires de CRC. L’embauche de professeurs est régie par la Politique institutionnelle de création et d’ouverture de postes de professeurs (CERC-7721) et la convention collective du Syndicat des professeures et des professeurs de l’Université du Québec à Chicoutimi (article 6).

Lorsqu’il s’agit de situations où les candidatures proposées proviennent de professeurs réguliers à l’emploi de l’UQAC, les personnes qui prennent part à la décision d’attribution sont: le VRERC, le DRC, le directeur ou la directrice du département concerné accompagné d’un membre d’un groupe désigné. Les candidatures sont reçues par le biais d’un concours interne.

Lorsqu’il s’agit de situation où les candidatures proposées proviennent de personnes n’étant pas à l’emploi de l’UQAC, les personnes qui prennent part à la décision d’attribution sont:  l’agent d’équité de l’Université (supervision de l’affichage du poste par ), le personnel du Décanat des affaires départementales, le comité de sélection constitué par le département, la direction du département, le VRERC et le conseil d’administration, seul habilité à prendre la décision d’embauche.

Toutes les personnes prenant part au processus de recrutement et de mise en candidature des titulaires de CRC doivent obligatoirement avoir suivi les formations en ligne relatives à l’importance de l’équité, de la diversité et de l’inclusion. À cet effet, la formation recommandée par l’Université du Québec à Chicoutimi est celle offerte par le programme des chaires de recherche du Canada et portant sur les préjugés inconscients dans l’évaluation par les pairs.

Nomination d’un titulaire d’une chaire de niveau 1 pour un troisième mandat

L’UQAC s’en tient aux règles du programme des CRC quant au renouvellement de mandat pour un titulaire de chaire de niveau 1. Le titulaire ne pourra remplir que deux mandats d’une durée de sept ans chacun.

Nomination de titulaires nommés en vertu du mécanisme de maintien en poste d’urgence

Dans des circonstances très exceptionnelles, l’UQAC pourrait offrir un poste de titulaire de chaire sans qu’il y ait concours à une personne afin de la garder au sein de l’Université.  L’utilisation de ce mécanisme s’effectuera conformément aux exigences du programme des CRC en la matière. On peut y accéder en cliquant sur ce lien.

Les mesures concernant les personnes des groupes désignés

L’Université a mis sur pied en novembre 2005, un programme d’égalité à l’emploi («L’accès à l’égalité à l’emploi»), afin de se conformer à la Loi québécoise sur l’accès à l’égalité en emploi dans les organismes publics, entrée en vigueur en avril 2001. Ce programme est géré par le Service des ressources humaines de l’Université, et est sous la responsabilité du Vice-rectorat aux affaires administratives. Ce programme identifie les mesures et cibles par lesquelles l’Université s’engage à intégrer davantage de personnes des quatre groupes désignés dans son personnel. La reddition de compte de ce programme est faite sur une base régulière à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse.

Afin d’accroître la sensibilisation à l’égard de l’équité, de la diversité et de l’inclusion, l’Université invite les personnes des quatre groupes désignés (femmes, personnes handicapées, Autochtones et personnes de minorités visibles) à postuler sur les postes de professeurs disponibles. Cette invitation apparaît explicitement dans la documentation des affichages de poste pour le recrutement de titulaires de chaires de recherche du Canada.

Toute offre d’emploi de l’Université mentionne que les personnes des quatre groupes désignés sont encouragées à déposer leur candidature aux postes offerts. Le statut des personnes des groupes désignés est précisé lors de l’ouverture du dossier d’employé à l’Université.

Canaux de communication en matière de préoccupations en lien avec l’ÉDI

Il existe plusieurs portes d’entrée par rapport au traitement, suivi et signalement à la haute direction de l’Université.

Pour des préoccupation ÉDI qui touchent une personne (micro-agressions, discrimination, racisme, et autres) :

Bureau de prévention et d’intervention de l’UQAC (BPI) (https://www.uqac.ca/bpi/)

Conseillère en ressources humaines en équité, diversité et inclusion: Mme Josianne Gauthier, Local P2-7010-4,  418 545-5011, poste 2182,  josianne1.gauthier@uqac.ca

Pour des préoccupations ou des questions générales en matière           d’ÉDI :

Conseillère en ressources humaines en équité, diversité et inclusion: Mme Josianne Gauthier, Local P2-7010-4,  418 545-5011, poste 2182,  josianne1.gauthier@uqac.ca

Le Comité institutionnel ÉDI (CIÉDI) ou une personne membre du      comité :

  • Dominique Biron, vice-rectrice au Vice-rectrice aux affaires administratives (VRAA)
  • Josianne Gauthier, responsable de l’ÉDI au SRH
  • Pierre Ouellet, directeur au SRH
  • Yves Chiricota, doyen au DRC
  • Salmata Ouedrago, professeur au DSEA
  • Mohamed Bouazara, Vice-recteur à la recherche, à la création et à l’innovation
  • Sarah Dare, professeure et titulaire de CRC au DSA
  • Francis Verreault-Paul, chef des relations avec Les Premières Nations au Centre des Premières Nations Nikanite
  • Sandra Côté, conseillère aux étudiants internationaux au SAE

Le comité institutionnel de l’ÉDI a pour mandat de donner une direction et une vision institutionnelle aux projets en matière d’ÉDI. Il a pour rôle de  promouvoir une culture d’équité, de diversité et d’inclusion (Ambassadeurs ÉDI); représenter les membres des cinq groupes désignés; conseiller, au besoin, les demandeurs quant à toute problématique reliée à l’ÉDI et assurer une veille quant aux mesures EDI mises en place par l’établissement.

Le Comité opérationnel en ÉDI (COÉDI) ou une personne membre  du  comité :

  • Dominique Biron, vice-rectrice au VRAA
  • Josianne Gauthier, responsable de l’ÉDI au SRH
  • Pierre Ouellet, directeur au SRH
  • Yves Chiricota, doyen au DRC
  • Karine Gagnon, agente d’information au SCRP

Le comité opérationnel (COÉDI) quant à lui, réunit un groupe de personnes en vue de la réalisation de ses projets. Le mandat du comité opérationnel évolue avec le temps selon les dossiers prioritaires en matière d’ÉDI de l’établissement. Il travaille généralement sur un projet d’importance à la fois et il est toujours porté par les priorités du CIÉDI et de la haute direction de l’université. Ce comité opérationnalise les orientations prises par le CIÉDI. Il œuvre sur le terrain où il s’assure de mettre en place des équipes de travail ou de recherche pour le faire. Il assure également un rôle de communication important. Il est responsable de faire le lien entre le comité de gouvernance et le CIÉDI et de faire un suivi constant des opérations au CIÉDI.

Rapports

Conformément aux exigences du programme des CRC, les rapports d’étapes produits sont accessibles en cliquant sur chacun :

Rapport d’étape du 15 décembre 2018

Rapport sur l’utilisation de l’allocation EDI de 50 000 $ fournie par le Programme en 2020-2021 

Rapport financier – Utilisation de l’allocation EDI de 50 000 $ fournie par le Programme en 2020-2021